Sur l’émancipation 2ème partie – Gayatri Spivak

Je vous avais promis de poursuivre sur Spivak et le langage. Je vous expliquais grossièrement dans le premier post sur le sujet que pour elle il n’y avait pas de hors-texte quand on s’intéressait à la construction du nationalisme.

Je vais vous parler aujourd’hui de ce que Spivak appelle les politiques de la traduction. Cela vient de ma recherche évidemment sur l’articulation théorie et pratique, mais aussi sur une frustration de voir des textes rendus inaccessibles par le fait qu’ils n’ont pas été traduits.

Ce que Spivak appelle politique est en fait une possibilité d’émancipation féministe, en fait, traduire des femmes pour les rendre accessible dans une autre langue: sa langue maternelle, concept auquel Spivak dévoue une partie importante de son travail, notamment sur comment ce qu’elle considérait être la langue de sa mère a été transformée par l’administration britannique en une fiction, celle d’une langue nationale. Si on veut établir en sciences humaines une vraie représentation à la fois en termes de genre et d’origine, cela passera par la solidarité féminine avec les auteures de pays moins représentés.

Une des façons de résister à l’invitation capitaliste du multiculturalisme à l’auto-identification et d’y faire concurrence est de donner le nom de « femme » à l’inimaginable autre.

Gayatri Spivak

Par ailleurs, apprendre le langage des auteures des pays du tiers monde est une tentative de les comprendre, sans essentialisme qui passerait par le langage, en essayant d’appliquer des mots, disons français, sur des concepts qui n’existeraient pas en français. C’est un pas vers ce qui a été construit comme l’autre par la théorie européenne. La traduction est le lieu d’un échange entre l’auteure et la traductrice qui ne signifie pas une absence critique mais bien la création d’un espace quasi intime de discussion sur le sens du langage. La traduction n’est pas hors-texte et traduire est une capacité d’action politique qui vient avec une responsabilité.

Je suis particulièrement d’accord avec elle lorsqu’elle dit:

La traduction est l’acte le plus intime de la lecture. Je m’abandonne au texte quand je traduis.

Gayatri Spivak

Il y a tellement d’auteures non traduites, Spivak en fait partie même si certains de ses ouvrages sont trouvables en français mais bell hooks par exemple, une des intellectuelles américaines les plus importantes, n’a jamais été traduite et est quasi-inconnue en France.

Publicités